La femme qui en savait vraiment trop de Stéphanie GIBAUD

Partager, merci !

La femme qui en savait vraiment trop, résumé et petite biographie de son auteure: Stéphanie Gibaud

Stéphanie Gibaud est née à Lille en 1965. Elle est devenue lanceuse d’alerte bien malgré elle quand elle a refusé d’exécuter les ordres de son employeur, l’UBS, qui lui demandait d’effacer de son disque dur tous les fichiers contenant le nom des clients et de leurs chargés d’affaires, suite à une perquisition du siège de la banque.

Avant de rejoindre l’UBS, Stéphanie Gibaud, spécialiste du marketing et de la communication, a travaillé à l’ambassade des États-Unis à Paris et au Racing Club de Lens. Suite aux agissements de sa banque, qu’elle a jugé illicites, elle l’a dénoncée pour pratiques d’évasion fiscale et de blanchiment de fraude fiscale en bande organisée.

Elle est membre fondateur et secrétaire générale de l’association PILA (plateforme internationale des lanceurs d’alerte), qui a été créée fin 2014.

Découvrez l’aventure incroyable qu’a vécue et que vit toujours Stéphanie Gibaud à travers son livre: La femme qui en savait vraiment trop.

lafemmequiensavaittrop

Septembre 1999, Stéphanie Gibaud est embauchée chez UBS (Union des banques suisses).

Elle ne ménage pas sa peine pour organiser des événements à l’attention de clients et de ceux qui pourraient le devenir. Son employeur n’ouvre ses portes qu’aux personnes pesant plusieurs millions d’euros.

Juin 2008. Sa supérieure hiérarchique surgit dans son bureau. Celui du directeur général d’UBS vient d’être perquisitionné et l’on exige qu’elle efface de son disque dur tous les fichiers contenant le nom des clients et de leurs chargés d’affaires. Stéphanie Gibaud refuse.

Débute alors un vrai thriller entre un établissement bancaire et l’une de ses cadres qui n’accepte pas d’être complice quand elle se rend compte qu’UBS pourrait contribuer à l’évasion fiscale de Français fortunés vers la Suisse et, comme le souligne Antoine Peillon dans sa postface, ” au blanchiment en bande organisée de fraude fiscale “. Son téléphone est placé sur écoute.

Des enquêteurs lui donnent des rendez-vous secrets pour en savoir plus sur les méthodes d’UBS…

La banque cherche à la pousser à la faute. Son ordinateur est piraté. Les fichiers convoités sont détruits avant de réapparaître, modifiés.

Menaces, brimades, mise à l’écart, collègues dressés contre elle, tout est bon pour la détruire, et quand la dépression s’installe, on la fait passer pour folle.

Elle a vécu un impitoyable harcèlement au travail, car elle était devenue la femme qui en savait vraiment trop !

Accès direct au livre !

Avis et commentaires ci-dessous et surtout n’oubliez pas de laisser le vôtre une fois que vous aurez lu son livre, car cela intéresse toujours les futurs lecteurs de connaître votre avis.


Partager, merci !

4 commentaires

  1. Je suis vraiment admirative de cette personne. Quel courage! Un livre passionnant, révélateur et qui se lit facilement. Bonne chance à l’avenir et courage.

  2. Comment ne pas admirer le courage de cette femme qui a pris de grands risques en révélant ce que l’on pouvait soupçonner mais qui grâce à elle s’avère exact. Un livre digne d’un roman, à lire absolument car parfois la réalité dépasse même la fiction.

  3. Ce livre démontre bien le niveau de moralité des banques qui passent leur temps à vouloir faire croire qu’elles sont honnêtes et qu’elles veulent notre bien. Un puissant témoignage, passionnant et qui m’a créé toutes sortes d’émotions en le lisant

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.