Retour de service par John Le Carré, extrait et avis

Partager, merci !
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour de service par John Le Carré. Voici le résumé et extraits de l’histoire, quelques mots sur l’auteur ainsi que les votes et avis des lecteurs.

Retour de service, à travers son nouveau roman, John le Carré, en éminent chroniqueur de notre époque, livre un portrait du monde que nous habitons, glaçant, délicatement satirique et porté par une tension constante.

John Le Carré, quelques mots sur l’auteur :

John Le Carré est né à Poole, Dorset (Royaume-Uni) , le 19/10/1931. Son véritable nom est David John Moore Cornwell. Durant les années 1950 et 1960, Cornwell a travaillé pour le MI5 et le MI6 et a commencé à écrire des romans sous le pseudonyme de « John le Carré ».

Son troisième roman, L’Espion qui venait du froid (1963), est devenu un best-seller international et demeure l’une de ses œuvres les plus connues. (Wikipédia)

Voici son nouveau thriller, découvrez son résumé et quelques extraits.

Retour de service

Retour de service, le résumé :

À quarante-sept ans, Nat, vétéran des services de renseignement britanniques, est de retour à Londres auprès de Prue, son épouse et alliée inconditionnelle. Il pressent que ses jours comme agent de terrain sont comptés. Mais avec la menace grandissante venue de Moscou, le Service lui offre une dernière mission : diriger le Refuge, une sous-station du département Russie où végète une clique d’espions décatis.

À l’exception de Florence, jeune et brillante recrue, qui surveille de près les agissements suspects d’un oligarque ukrainien.

Nat n’est pas seulement un agent secret. C’est aussi un joueur de badminton passionné. Tous les lundis soir dans son club il affronte un certain Ed, grand gaillard déconcertant et impétueux, qui a la moitié de son âge. Ed déteste le Brexit, déteste Trump et déteste son travail obscur. Et c’est Ed, le plus inattendu de tous, qui mû par la colère et l’urgence va déclencher un mécanisme irréversible et entraîner avec lui Prue, Florence et Nat dans un piège infernal.

Les extraits :

…Mais ce ne sont pas des agneaux innocents, Steff ! Ils se portent volontaires, pour la plupart. Et nous veillons sur eux, sur leur bien-être. Si c’est de l’argent qu’ils veulent, nous leur en donnons un paquet. Si c’est Dieu, eh bien, vas-y pour Dieu ! Tout ce qui peut marcher, Steff. Nous sommes leurs amis, ils nous font confiance. Nous répondons à leurs besoins et eux aux nôtres. C’est comme ça que le monde fonctionne…

…Pour l’amour d’un pays au sujet duquel tu as de grosses réserves, voire de très grosses, tu persuades des ressortissants d’autres pays de trahir leur propre pays, tout ça parce que eux n’ont pas les mêmes réserves que toi sur ton pays alors qu’ils en ont sur le leur, c’est bien ça ? …

…Une peine de cœur ? Je me rappelle ses larmes solitaires, que j’ai vues sans le lui dire. Ou bien s’agirait-il de ce que les psys du Bureau appellent le syndrome du vase qui déborde, quand les choses dont on n’a pas le droit de parler prennent soudain plus de volume que celles dont a le droit de parler et qu’on se laisse un moment submerger par le trop-plein ?…

Accès direct au livre

4.87 (733 votes)
(4.89)
(4.69)
(4.81)

Partager, merci !
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *