Bed bug par Katherine Pancol

Partager, merci !
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bed bug par Katherine Pancol. Voici le résumé et l’extrait de l’histoire, les votes et avis des lecteurs ainsi que l’accès direct au livre.

Bed bug ou le désarroi amoureux d’une femme au bord d’un lit.

Quelques mots concernant l’auteure :

Katherine Pancol s’est imposée comme un auteur à succès dès son premier roman (Moi d’abord). Avec la série Les yeux jaunes des crocodiles, La valse lente des tortues et Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, elle est devenue un des plus grands phénomènes d’édition des dix dernières années en France (plus de 6 millions de romans vendus !) et dans le monde (elle est traduite dans 29 pays dont les Etats-Unis).

bed bug

Bed bug, le résumé :

Rose est une jeune biologiste. Elle fait des recherches à Paris et à New York sur une luciole, Lamprohiza splendidula, qui semble très prometteuse pour la recherche médicale.

Si elle étudie avec grande maîtrise l’alchimie sexuelle des insectes et leur reproduction, elle se trouve totalement désemparée face à Léo quand elle en tombe amoureuse.

La vie n’est pas comme dans un laboratoire.

Et ce n’est pas sa mère (cachée derrière des lunettes noires) ni sa grand-mère (qui parle à Dieu et à ses doigts de pied) qui vont pouvoir l’aider.

Bed bug, l’extrait :

Bon d’accord, il était pas mal. Les filles du labo se pâmaient devant sa mèche brune, sa manière de la remettre en place en plongeant en avant et en la rattrapant in extremis, d’enfoncer les mains dans les poches de sa blouse avec nonchalance, bien droit sur ses jambes, et de sourire en creusant une fossette dans sa joue gauche. Elles parlaient de son regard grave et sérieux, de ses yeux noirs, mystérieux… Mais de là à l’imaginer poursuivi par une horde de femelles, il ne fallait pas exagérer. Il restait dans la catégorie des moyens +.

Nez moyen, bouche moyenne, épaules moyennes, un peu voûté, taille haute, longues jambes. Elle aimait bien ses longues jambes mais pas ses pantalons jaunes. Or les pantalons de Leo Zackaria étaient souvent jaunes. Parfois violets ou bordeaux, mais le plus souvent très jaunes. Avec des souliers très marron, immondes. Elle faisait exprès de ne pas utiliser le terme de « chaussures » car ce qu’il portait aux pieds ne le méritait pas.

Il devait avoir son âge, dans les vingt-neuf ans, peut-être trente, ne portait pas d’alliance, ne disait ni « nous » ni « on » et n’employait jamais le pronom possessif à la première personne du pluriel.

Depuis six mois qu’ils travaillaient ensemble et poussaient leur plateau de déjeuner chaque jour à la cantine du labo, il n’avait jamais prononcé sur un ton affectueux un nom de fille ou de garçon. Et personne ne l’avait accompagné la veille au pot de Noël alors que les autres.

Accès direct au livre :

Kindle

Audio

Broché

4.82 (787 votes)
(4.85)
(4.57)
(4.72)

Partager, merci !
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 commentaires

  1. J’ai beaucoup aimé l’histoire de cette jeune scientifique qui veut absolument trouvé un remède contre le cancer, les personnages sont réalistes et touchants, l’histoire m’a rapidement captivée.

  2. Un roman porté une fois de plus par ses personnages féminins. Elles sont attachantes, très différentes autant dans leur rôle de mère que dans leur rôle de femmes. L’autrice nous avait habitué à mieux. Mais bon j’ai bien aimé dans l’ensemble.

    1

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *