L’Art de perdre d’Alice Zeniter

Partager, merci !

L’Art de perdre d’Alice Zeniter. Voici le résumé du roman, les votes et avis des lecteurs ainsi que quelques mots sur l’auteur.

Alice Zeniter est dramaturge et metteuse en scène, née en 1986 en France. Elle a vécu pendant un certain temps en Hongrie où elle a enseigné le français. Elle a écrit son premier livre à l’âge de 16 ans. Il s’agit de “Deux moins un égal zéro” qui lui a valu le Prix littéraire de la ville de Caen. Son deuxième livre, “Jusque dans nos bras” a reçu le Prix littéraire de la Porte dorée et le Prix de la Fondation Laurence Trân. Elle a également écrit: “Sombre dimanche” qui a reçu le prix du Livre Inter, le prix des lecteurs de l’Express et le prix de la Closerie des Lilas ainsi que “Juste avant l’oubli” qui a reçu le prix Renaudot des lycéens.

Voici son cinquième roman, L’Art de perdre qui a reçu le Prix Landerneau des lecteurs (2017).

L’histoire:

L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?

Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?

Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

Accès direct au livre

numérique

broché


Partager, merci !

4 commentaires

  1. Alice Zeniter signe ici un roman saisissant sur les harkis et leurs descendants. On en sort enrichi et heureux de comprendre quelque chose à cette période de l’histoire!

  2. L’identité du sang et l’identité du sol sont au centre de ce récit sublime et tellement bien raconté. Je ne vais pas en révéler l’intrigue, je dirais juste d’oser, commencez sa lecture et vous allez être rapidement transporté dans l’univers de l’auteur. Il s’agit d’une oeuvre magnifique et intense.

  3. Écrit de superbe façon, une réflexion s’impose sur les préjugés, le désespor, la résignation, les silences, la colère, le racisme primaire, et aussi les choix de vies personnels, les remises en question… Bref, une oeuvre magnifique et intense.

    1

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.