Origami d’un Cœur par Frédérique Hoy

Partagez ce contenu, merci!

Origami d’un Cœur par Frédérique Hoy. Voici le résumé et l’extrait de l’histoire, les votes et avis des lecteurs ainsi que l’accès direct au livre.

Origami d’un Cœur, découvrez le nouveau roman de Frédérique Hoy avec son résumé, extrait et les votes, avis des lecteurs. Mais auparavant, voici quelques mots concernant l’auteure.

Frédérique Hoy est née dans l’Oise en 1978. Après une décennie à enseigner les Lettres classiques, elle a enfin décidé de quitter l’école et consacre aujourd’hui son temps à sa grande famille et à l’écriture de romans qui assouvissent son besoin compulsif de réinventer la vie.

Quand on suit l’actualité de la littérature francophone, il est impossible de passer à côté de ses nouveaux romans.

Origami d'un Cœur

Origami d’un Cœur, le résumé :

Accusée d’un méfait qu’elle n’a pas commis, Adèle a le cœur meurtri et décide de ne plus sortir de chez elle. Croyant la maison vide, un homme en profite pour s’introduire chez elle. Cachée dans son placard à balai, elle croit sa dernière heure venue…

Sans se douter que c’est plutôt la première d’une drôle de vie.
Ce roman est un conte moderne. Il vous dira qu’on peut mal agir avec le cœur et vous fera voyager jusqu’en Orient.

L’extrait :

Devant sa porte d’entrée, Adèle regarda une dernière fois le cartel blanc où son nom, Adèle Cadet, figurait en lettres minuscules. C’était aussi pour changer de patronyme qu’elle eût aimé que Guillaume l’emmenât à la Mairie comme il s’y était engagé. Elle souffla sa lassitude dans l’air glacial.

À vue d’œil, l’ensemble n’avait rien d’équivoque ; le problème, c’était à l’oral. Surtout au téléphone où, une fois sur deux, et malgré le soin qu’Adèle Cadet prenait à scander clairement son identité, l’interlocuteur entendait Abdel Kader. On lui demandait alors : « Abdelkader comment, Madame ? » , quand on ne l’appelait pas directement Monsieur.

Cette méprise récurrente la poussait alors à dire en premier ce nom de famille dont elle avait rêvé de se débarrasser dès les premiers jours d’école maternelle : à dada sur mon bidet, prout, prout, cadet. Elle y repensait aujourd’hui devant son cartel ; elle avait tellement cru qu’elle y glisserait le nom de Guillaume à l’été prochain… Les circonstances étaient bien différentes maintenant.

C’était une autre saison, l’hiver avait enseveli ce bonheur-là avec les fleurs du jardin ; c’était une autre vie, un rêve qu’elle devait à tout prix renvoyer dans les limbes de son inconscient.

Accès direct au livre

numérique

broché

4.83 (58 votes)
(4.81)
(4.69)
(4.89)

Partagez ce contenu, merci!

2 commentaires

  1. Un récit qui m’a laissée à aucun moment indifférente, aucun répit, parfois émue, amusée et même horrifiée, c’est très captivant, merci, belle découverte.

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *