On achève bien les Grecs de Frédéric Lordon

Partager, merci !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui est Frédéric Lordon et résumé de son livre: On achève bien les Grecs

Frédéric Lordon est un économiste français, né en 1962. Il est également sociologue et travaille en tant que directeur de recherche au CNRS et chercheur au Centre de sociologie européenne (CSE). Il fait également partie du collectif: Les économistes atterrés.

Il aime rapprocher la science économique de la sociologie et c’est certainement ce qui rend encore plus intéressant son livre. Il est très impliqué dans des situations très concrète de la vie courante de ses concitoyens, ce qui l’a amené à intervenire à de nombreuses reprises dans le cadre du mouvement Nuit Debout.

Découvrez la crise grecque sous un nouveau jour avec son dernier ouvrage: On achève bien les Grecs.

onachevebien

Avec la cruauté d’un révélateur photographique, la crise grecque a jeté une lumière impitoyable sur l’euro, obligeant enfin de voir ce que la cécité européiste s’efforce depuis si longtemps de ne pas voir : l’euro, congénitalement sous domination allemande, est un despotisme d’un nouveau type : un despotisme monétaire, qui asservit en toute bonne conscience par la violence « légitime » du droit – celui des traités – et des règles…

Nous pouvons maintenant facilement constater quel cas l’Union monétaire européenne fait des peuples européens et de la démocratie. Que de brutalité, de chantage, d’humiliation sans pitié, car quand on y réfléchit bien, rien n’a été épargné au gouvernement Syriza. L’objectif était bien de faire un exemple…

Obtenez un extrait à lire en ligne ou le téléchargement complet ici

 

Ci-dessous, retrouvez les votes, avis et commentaires laissés par les lecteurs et n’hésitez pas y déposer le vôtre car il peut vivement intéresser les futurs lecteurs de ce livre.

4.50 (2191 votes)
(4.70)
(4.20)

Partager, merci !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

  1. Un très bonne analyse qui est facile à lire et bien documentée. Mieux comprendre ce qui arrive aux Grecs afin d’anticiper plus facilement ce qui va arriver aux pays d’Europe de sud, y compris la France, car la « contagion » a déjà commencé.

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *