La troisième ombre de Jaffar Lamrini

Partager, merci !

jaffar

Jaffar Lamrini est un auteur auto-édité qui est un grand fan de séries. Il a actuellement déjà écrit deux séries, la première: Des histoires de famille puis la saga Assélnour et enfin des thrillers mettant en scène le professeur Bruno Jeffre dont le roman: La troisième ombre.

latroisiemeombre

L’histoire:

Bruno est un éminent historien qui enseigne à la Sorbonne. Il enquête sur les origines du monothéisme en s’appuyant sur des artéfacts anciens. Depuis quatre ans, il suit une étrange piste méconnue de la société civile. Son enquête s’accélère mais ses informateurs se font assassiner. A l’aide des documents qu’il a reçus de leur part, il tente de retrouver leur meurtrier et de mettre la main sur les “deux soleils”. Une histoire pleine de rebondissements reposant sur des faits historiques avérés : on en sort plus instruit sur la naissance des religions.

Extrait:

« Je souhaiterais vous rencontrer dans trois semaines à Istanbul, dans la plus grande discrétion. Je vous enverrai par mail les copies des textes sumériens que vous m’avez demandées. Ne parlez à personne de nos échanges. Toutes vos analyses sur ces documents seront les bienvenues. La vérité est précieuse pour moi, comme vous le savez à présent. Je brûle d’impatience de savoir si ce que vous dites est vrai ! »
Bruno sentit les battements de son cœur s’accélérer. Le grand mufti de Turquie acceptait de collaborer avec lui sur sa dernière thèse. Il répondit aussitôt :
« Je réserve les billets d’avion pour Istanbul tout de suite. Cordialement, Bruno Jeffre. »
Quelques jours plus tard, un autre email allait habiter ses pensées avec la même intensité : c’était celui de monseigneur l’archevêque de Berlin.
« J’ai bien reçu vos messages qui ont suscité tout mon intérêt. Je n’en ai parlé à personne autour de moi, il ne faut pas que les choses se sachent. J’ai fouillé dans les archives du Vatican, comme vous me l’avez préconisé, dans les lieux mêmes que vous m’avez indiqués, et j’ai trouvé des choses qui vous intéresseront. Je suis rentré à Berlin pour quelques jours. Je ne me sentais plus en sécurité depuis ces dernières trouvailles, j’avais l’impression d’être suivi. Je vous promets de vous envoyer, dès que possible, les scans des documents que j’ai pu emporter avec moi. J’espère vous rencontrer vite ! »
Bruno était transporté de joie malgré les inquiétudes exprimées dans ce mail. Toutes ses années d’investigation aboutissaient à des résultats concrets. Son enquête prenait un relief nouveau avec ces deux contributeurs. Il ne s’y attendait pas. Les éléments qu’il avait recueillis et qu’il leur avait montrés les avaient convaincus. Ils s’agissaient d’éminents intellectuels reconnus par leurs pairs, au-delà de leur fonction religieuse. Susciter leur intérêt était quelque chose de difficile, Bruno était fier que son travail soit enfin reconnu. Enthousiaste, il répondit à l’archevêque afin de fixer un jour pour le rencontrer. Un sourire de contentement s’installa sur ses lèvres pendant plusieurs minutes : les documents qu’il attendait d’eux étaient capitaux pour son investigation sur les origines du monothéisme.

La suite en visitant: La troisième ombre


Partager, merci !

3 commentaires

  1. Un très bon roman où l’auteur nous emmène dans un parcours ébouriffant et dans un dédale chevauchant le passé, le présent et tout ce qui se trouve entre ces deux-là! Je l’ai aimé à un tel point que je l’ai lu en moins de trois jours, ce qui est un exploit pour moi!

  2. Ce livre est captivant, j’ai plongé dans l’histoire et je n’ai plus pu en sortir jusqu’à la fin. On replonge même dans l’histoire des religions. Tous les ingrédients d’un excellent roman y sont réunis, je suivrai cet auteur à l’avenir

  3. J’aime les livres où ça bouge, quand l’histoire rebondit et bien sûr quand on plonge immédiatement dans l’intrigue. C’est le cas avec ce super thriller. Un excellent divertissement grâce auquel en plus, j’ai appris plein de choses. Je conseille sans hésiter.

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.