L’infiltré de Moscou par Daniel Silva

Partagez ce contenu, merci!

L’infiltré de Moscou par Daniel Silva. Voici quelques mots concernant l’auteur, le résumé de l’histoire ainsi que les avis des lecteurs.

Classé n°1 sur les listes de best-sellers du New-York Times, Daniel Silva est l’auteur de vingt romans parmi lesquels L’affaire Caravaggio, L’espion anglais et La veuve noire.

Son œuvre est publiée avec succès dans plus de trente pays.

Il vit en Floride avec sa femme Jamie Gangel, envoyé spécial pour CNN, et leurs deux enfants, Lily et Nicholas.

Découvrez son nouveau roman: L’infiltré de Moscou.

Élevé dans le secret, il s’apprête à assouvir sa vengeance.

L’infiltré de Moscou, le résumé:

Lorsque son agent infiltré se fait assassiner après avoir découvert des documents compromettants, Gabriel Allon (toujours à la tête des services secrets israéliens), se lance sur la piste d’une taupe qui opèrerait au sein du MI6, pour le compte de Moscou.

Tout sembler pointer du doigt un agent de la cellule de Vienne du MI6. Sauf qu’il est assassiné à son tour. Allon comprend qu’il est victime d’une machination.

Il appartient maintenant à Allon, directeur des services secrets israéliens et restaurateur d’art, de découvrir l’identité réelle de la taupe, avant qu’il soit trop tard.

Extrait:

La voiture, une limousine Zil noire dont les vitres arrière étaient pourvues de rideaux ä plis, parcourait vive allure la distance séparant l’aéroport Cheremetievo du centre de Moscou, le long de la voie réservée aux membres du Politburo et du Comité central.

Le temps qu’ils atteignent leur destination, une place du nom d ‘une rivière russe dans le vieux quartier des Étangs du Patriarche, la nuit était tombée. L’enfant et les deux hommes en costume gris descendirent du véhicule et empruntèrent une série de rues étroites et sombres qui les menèrent à un oratoire bordé de platanes. L’immeuble était situé l’extrémité d’une ruelle.

Ils franchirent une porte cochère et se serrèrent dans un ascenseur, qui les déposa dans un vestibule obscur oü les attendait une volée de marches.

L’enfant, par habitude, les compta — quinze. Sur le palier, il y avait une porte capitonnée de cuir. Un homme élégamment vêtu la flanquait, un verre ä la main. Quelque chose dans son visage ravagé paraissait familier. Sans se départir de son sourire, il prononça un mot en russe. L’enfant n’en comprendrait la signification que bien des années plus tard.

Accès direct au livre

numérique

broché

4.79 (426 votes)
(4.79)
(4.66)
(4.88)

Partagez ce contenu, merci!

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *