L’origine de la violence de Fabrice Humbert

Partager, merci !

L’origine de la violence, résumé, votes et commentaires sur ce roman de Fabrice Humbert.

Fabrice Humbert est français; il est né à Saint-Cloud. C’est alors qu’il était en classe terminale qu’il a commencé à écrire, et c’est à partir de sa vingtième année qu’il a songé sérieusement à devenir écrivain.

C’est son troisième roman, L’origine de la violence, qui lui a apporté son premier succès littéraire. Ce roman a remporté, entre autres, le prix Orange du livre en 2009 ainsi que le prix Renaudot du livre de poche en 2010.

En 2016, il a été adapté au cinéma par Elie Chouraqui.

loriginedelaviolence

Résumé:

Lors d’un voyage scolaire en Allemagne, un jeune professeur découvre au camp de concentration de Buchenwald la photographie d’un détenu dont la ressemblance avec son propre père, Adrien, le stupéfie.

Rentré en France, il retrouve son père, sa famille, mais le souvenir de la photographie ne le quitte plus. Il décide alors de se lancer dans une recherche qui va bouleverser sa vie. Ce détenu, nommé David Wagner, se révèle être son véritable grand-père.

Peu à peu se met en place l’autre famille, la branche Wagner, la branche cachée, celle dont personne chez les Fabre n’évoque l’existence. Et c’est le destin croisé de ces deux familles, deux générations plus tôt, lorsque l’ambitieux David Wagner rencontra le riche Marcel Fabre et sa femme Virginie, qui éclate alors au grand jour, ainsi que les terribles conséquences que la liaison entre David et Virginie entraîna.

Au cours de sa quête à travers la France et l’Allemagne, dans la nouvelle vie qu’il tâche d’inventer avec une Allemande qu’il vient de rencontrer, le jeune homme se rend compte qu’on ne se débarrasse pas si facilement du passé – ni du sien ni de celui de sa famille.

Lorsqu’on remonte à l’origine de la violence, c’est sa propre violence qu’on finit par rencontrer.

Accès au livre ici !


Partager, merci !

2 commentaires

  1. Un roman passionnant qui est plus qu’un énième recueil d’atrocités commises par les criminels nazis. On plonge dans un récit très documenté et très précis sur les camps de concentration mais pas seulement puisqu’il s’agit bien d’une histoire romanesque, un roman habile et bien construit, qui se laisse lire et dont on a de la peine à sortir de l’histoire.

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.