Train d’enfer pour Ange rouge de Franck Thilliez

Partagez ce contenu, merci!

Train d’enfer pour Ange rouge de Franck Thilliez. Découvrez le résumé du roman, les votes, avis et commentaires des lecteurs, ainsi que la biographie de l’auteur.

Train d’enfer pour Ange rouge est le premier roman qu’il a écrit; il a été nommé au Prix SNCF du polar français 2004. Il a ensuite écrit La Chambre des morts en 2005, et c’est le succès qu’a remporté ce roman qui lui a permis de vivre de l’écriture.

Ce roman a également été adapté pour le cinéma en 2007 par Alfred Lot.

Depuis, il n’a cessé d’avoir du succès avec ses thrillers, déjà plus de douze, dont Rever paru en 2016 et que vous retrouvez sur ce site.

traindenferpourangerouge

L’histoire:

Un cadavre en morceaux est retrouvé aux environs de Paris. La victime a été décapitée et son corps martyrisé a fait l’objet d’une mise en scène défiant l’imagination.

Le commissaire Franck Sharko est dépêché sur les lieux. Les ténèbres, il connaît : sa femme a disparu depuis six mois. Aucun signe de vie, aucune demande de rançon. Et cette nouvelle affaire, en réveillant le flic qui dormait en lui, va l’emmener au cœur de la nuit, loin, beaucoup trop loin…

L’extrait :

Martin Leclerc, mon divisionnaire, me demandait de rentrer d’urgence au 36. Un corps sans vie avait été découvert, mutilé d’une façon atroce…

Le grand Martin Leclerc devait peser à peine plus lourd qu’un paquet de chips vide et ce qui lui manquait en chair contribuait à faire ressortir le réseau de ses veines, de façon si intense qu’il aurait attiré sur lui tous les vampires de la planète.

Mais cet aspect de personnage de train fantôme renforçait l’impact de ses propos cinglants et personne, à ma connaissance, n’avait un jour essayé de le contredire. Jamais, de tous les suspects passés entre ses mains, je n’en vis ressor­tir un seul avec l’ombre d’un début de sourire.

«Commissaire Sharko, cette affaire-ci ne sent pas bon», m’annonça-t-il en tapant du crayon sur un dos­sier. «Il n’y a rien de classique dans la façon dont a été perpétré le crime. Bordel, ces assassins sont pires que les virus !

Tu en combats un, un autre prend le relais, deux fois pire que le premier. Regarde la peste noire, puis la variole, le choléra et la grippe espagnole juste derrière. On dirait que le Mal s’auto-alimente de ses propres défaites.
– Si vous me parliez de la victime ?»
Mon divisionnaire me proposa un chewing-gum à la chlorophylle que je refusai. Il se mit à mâchouiller bruyamment, vibrant d’une telle nervosité que son os zygomatique battait à tout rompre sous la veine sail­lante – une autoroute – de sa tempe droite.

«Martine Prieur, trente-cinq ans, liquidée chez elle. Son mari, notaire, est mort d’une tumeur au cerveau l’année dernière. Elle a touché un sacré paquet avec l’assurance-vie qu’il a laissée derrière lui. Elle vivait de ses rentes, bien tranquillement dans le calme cham­pêtre de son village. Une fille sans histoires, appa­remment.
– Une vengeance, un cambriolage qui a mal tourné ?
– Le criminel a de toute évidence suivi un rituel peu commun, un procédé qui pourrait exclure la ven­geance.

À toi de me dire… Elle habite… habitait dans un endroit isolé, ce qui risque de ne pas faciliter l’en­quête.» Il cracha son chewing-gum à peine mâché dans un cendrier vide, avant d’en plier un autre entre les dents.

Ils ont décidé de mettre le paquet au DCPJ. Avec les attentats aux US, Toulouse, des gangs comme les Expéditeurs et autres gaillards, nos chères têtes pensantes ne veulent pas que notre pays devienne un putain de terrain de jeux pour les détraqués en tous genres !

On a le feu vert du procureur de la République. Le juge saisi de l’instruction est Richard Kelly. Tu le connais, ce n’est pas un tendre, mais n’hésite pas à le solliciter pour obtenir les moyens qu’il faudra…» Il jeta un plan sur le bureau. «Rendez-vous à Fourcheret, au nord-est de Paris. Sibersky, Crombez et le commissaire de la ville voisine t’y attendent. Trouve-le-moi rapidement…
– Ce n’est pas un peu trop brutal pour Sibersky ? Il est cent fois plus efficace derrière un ordinateur que sur le terrain, et vous le savez.
– Crois-moi, Shark, ce meurtre-là va le dégraisser un peu…»

Accès direct au livre !

4.35 (2901 votes)
(5.00)
(4.00)
(4.08)

Partagez ce contenu, merci!

4 commentaires

  1. Voici un roman noir et très noir, les choses décrites sont parfois terrifiantes, surtout quand on sait qu’elles existent. L’énigme est bien maîtrisée, le rythme excellent et bien entendu le suspens est omniprésent, vivement la suite.

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *