À cache-cache par M. J. Arlidge

Partagez ce contenu, merci !

À cache-cache par M. J. Arlidge. Voici le résumé du roman, son extrait ainsi que les votes et avis des lecteurs ainsi que quelques mots concernant l’auteur.

À cache-cache, ce qu’en pense le Daily Express :

” Addictif. Les lecteurs tourneront les pages de ce thriller avec autant d’impatience qu’un innocent frappant contre les barreaux de sa cellule. “

Quelques mots sur l’auteur :

M.J. Arlidge travaille pour la télévision britannique depuis quinze ans. Il dirige également une maison de production indépendante, qui a permis à plusieurs séries policières de voir le jour. Après Am Stram Gram, Il court, il court, le furet, La Maison de poupéeAu feu, les pompiers et Oxygène, tous publiés aux Escales, À cache-cache est son sixième roman mettant en scène l’inspectrice Helen Grace. Il a, en outre, publié Derniers sacrements en 2019 aux Escales.

À cache-cache

À cache-cache, le résumé :

Victime d’un coup monté, Helen Grace est désormais seule face à elle-même.
Parviendra-t-elle à sortir vivante de la prison de Holloway ?

Pour Helen Grace, la meilleure inspectrice d’Angleterre, la chute est vertigineuse : accusée de meurtre, enfermée aux côtés des criminelles qu’elle a fait condamner, elle doit désormais survivre jusqu’au procès et prouver, d’une façon ou d’une autre, son innocence.

Quand un corps est retrouvé mutilé dans la cellule voisine, cette situation étouffante se transforme en véritable cauchemar. Il lui faut à tout prix arrêter l’assassin… avant qu’elle ne soit sa prochaine victime.

À cache-cache, l’extrait :

La plupart des prisonnières détestaient ce moment de la journée. A la nuit tombée, elles se retrouvaient enfermées avec leurs sombres pensées pour seule compagnie. Beaucoup avaient été des enfants négligées, certaines avaient été molestées, et presque toutes s’étaient fait du mal à un moment ou à un autre. La nuit apportait avec elle les souvenirs d’abandon et de solitude, et poussait de nombreuses filles au bord du précipice. Ça n’avait rien d’étonnant si la plupart des suicides survenaient la nuit.

Quant à Leah, être enfermée ne la dérangeait pas. Elle passait ses journées à sauver sa peau, alors la nuit lui appartenait. Elle en profitait pour fantasmer qu’elle était ailleurs. S’imaginer à la maison avec Dylan et Caleb, ses garçons, à faire des choses normales. À être quelqu’un de bien. Une maman.

Accès direct au livre

Broché

Kindle

4.83 (333 votes)
(4.82)
(4.69)
(4.75)

Partagez ce contenu, merci !

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *