À genoux par Michael Connelly

Partagez ce contenu, merci !

À genoux par Michael Connelly. Voici le résumé et l’extrait de l’histoire, les votes et avis des lecteurs ainsi que l’accès direct au livre.

À genoux, retrouvez Bosch face à la menace terroriste.

Né en 1956, Michael Connelly est le maître incontesté du polar américain. Il a reçu les plus hautes distinctions littéraires. Dont l’Edgar du premier roman policier pour « Les Égouts de Los Angeles ». Michael Connelly est notamment l’auteur du « Poète » et de « Créance de sang », porté à l’écran par Clint Eastwood. Il s’est vu décerner le Prix Pulitzer pour ses reportages sur les émeutes de Los Angeles en 1992.

Quand on suit l’actualité de la littérature francophone, on apprécie toujours la parution en français d’un nouveau tome de la série Harry Bosch.

À genoux

À genoux, le résumé :

Harry Bosch, qui a quitté les Affaires non résolues du LAPD pour rejoindre la prestigieuse brigade spéciale des Homicides, doit enquêter sur un meurtre aux conséquences potentiellement désastreuses pour la sécurité des États-Unis : un médecin ayant accès à une substance radioactive vient en effet d’être assassiné au belvédère qui surplombe le barrage de Mulholland, et on apprend que, peu de temps avant, une importante quantité de césium a été volée.

Ce meurtre pourrait bien faire partie d’un complot terroriste destiné à anéantir une ville américaine de première importance.

Pris dans une course contre la montre, Bosch comprend qu’il doit non seulement se battre contre les coupables, mais aussi contre la Homeland Security Agency et le FBI, convaincus que l’affaire n’est pas du ressort du LAPD. Bosch va s’appliquer à les faire mentir.

À genoux, l’extrait :

L’appel arriva à minuit. Réveillé, Harry Bosch était assis dans la salle de séjour, dans le noir. Il aimait se raconter qu’il faisait ça parce que ça lui permettait d’entendre mieux le saxophone. En s’interdisant un sens, il en exacerbait un autre.
Mais, tout au fond de lui-même, il savait la vérité. Il attendait.
L’appel était de Larry Gandle, son patron à la section Homicide Spécial. C’était le premier qu’il recevait dans ses nouvelles fonctions. Et c’était ce qu’il attendait.
– Harry, vous êtes debout ?
– Oui.
– C’est quoi, la musique ?
– Frank Morgan, en direct du Jazz Standard de New York. Le type qu’on entend au piano est George Cables.
– On dirait All Blues.
– En plein dans le mille.
– C’est grand. Et je n’ai pas envie de vous en arracher, mais…
Bosch prit la télécommande pour arrêter le son.
– De quoi s’agit-il, lieutenant ?
– Les types du commissariat d’Hollywood veulent que vous passiez prendre une affaire avec Iggy. Ils en ont déjà trois en route et ne peuvent pas se charger d’une quatrième. Sans compter que celle-là pourrait prendre des allures de hobby. Ça ressemble à une exécution.

Le Los Angeles Police Department comprenait dix-sept secteurs géographiques, chacun avec son commissariat, son bureau des inspecteurs et sa brigade des Homicides. Cela dit, les brigades de division étaient en première ligne et ne pouvaient pas s’enliser dans des affaires de longue durée. Dès qu’il s’y produirait un meurtre avec le moindre tenant ou aboutissant politique ou médiatique, on le refilait en général à la section Homicide Spécial, qui officiait dans les bureaux de la division Vols et Homicides de Parker Center.

Tout dossier qui promettait d’être particulièrement difficile ou de longue durée – et, tel un hobby auquel on revient sans cesse, resterait interminablement ouvert – était, lui aussi, immédiatement candidat à la descente en Homicide Spécial. Et celui-là était du nombre.

– Où est-ce ? demanda Bosch.
– Au belvédère qui domine le barrage de Mulholland. Vous connaissez ?
– Oui, j’y suis déjà allé.
Bosch se leva et gagna la table de la salle à manger. Il ouvrit un tiroir à argenterie et en sortit un stylo et un petit bloc-notes. Où, sur la première page, il inscrivit la date et le lieu de la scène de crime.
– D’autres détails que je devrais connaître ? demanda-t-il.
– Pas énormément, non, répondit Gandle. Comme je vous l’ai déjà dit, on m’a parlé d’exécution. Deux balles dans la nuque. Quelqu’un a emmené la victime à cet endroit et lui a projeté la cervelle tout partout dans ce joli paysage.

Accès direct au livre

Broché

Kindle

Poche

4.81 (217 votes)
(4.82)
(4.72)
(4.91)

Partagez ce contenu, merci !

5 commentaires

  1. L’auteur a du talent, je l’aime beaucoup mais ce titre ne m’a pas convaincue en effet je trouve l’histoire baclée avec peu de concistance. Dommage.

  2. Un roman qui se lit vite mais je dois dire que j’ai eu du mal à le trouver aussi passionnant que les autres, je trouve que l’auteur à déjà fait bien mieux.

    1

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *