L’Interdépendance par John Scalzi, tomes disponibles et avis

Partagez ce contenu, merci!

L’Interdépendance par John Scalzi. Découvrez le résumé de l’histoire, les votes et avis des lecteurs ainsi que l’accès direct aux tomes disponibles.

Voici « L’Interdépendance » : le nouveau space opera de John Scalzi, dont L’Effondrement de l’empire est le premier tome.

Qui est John Scalzi ?

John Scalzi est un auteur américain né le 10 mai 1969 à Fairfield, en Californie. Il est connu et reconnu comme un auteur de roman de science-fiction. Il a publié son premier livre en 2005 et dès l’année suivante, il a reçu une nomination pour le prix Hugo du meilleur roman.

Sa nouvelle série “L’Interdépendance” qui comptera au minimum deux tomes rencontre déjà un franc succès. En effet, le tome 1: L’Effondrement de l’Empire a déjà reçu le prix Locus du meilleur roman de science-fiction 2018 et il a été finaliste du prix Hugo.

L’Effondrement de l’empire

L’Effondrement de l’Empire, le résumé:

L’Interdépendance : un empire de quarante-huit systèmes stellaires presque tous inhospitaliers, où l’humanité s’est implantée et dont la survie repose sur une étroite collaboration.

L’Interdépendance : un millénaire de règne des grandes familles marchandes, dont la première occupe le trône de l’emperox.

L’Interdépendance : le réseau des courants du Flux, seul moyen de voyager plus vite que la lumière, unique lien des mondes de l’empire entre eux.

Le Flux est éternel mais il n’est pas statique. S’il se déplaçait, réduisant les colonies à l’isolement, l’humanité serait au bord du gouffre.

Un jeune scientifique, une commandante de vaisseau spatial et la toute nouvelle emperox devront affronter la catastrophe annoncée.

L’extrait:

La semaine du décès, Cardenia Wu-Patrick ne quitta guère le chevet de son Père, Batrin, lequel, en apprenant que son état excédait les compétences de la médecine et qu’il ne pourrait plus espérer que des soins palliatifs, avait décidé de mourir chez lui dans son lit. Cardenia, consciente depuis quelque temps que la fin était proche, avait libéré son emploi du temps jusqu’à nouvel ordre et fait installer un fauteuil confortable dans la chambre paternelle.

« N’as-tu rien de mieux ä faire que de rester à te tourner les pouces ? lanqa-t-il en plaisantant ä sa fille et seule enfant survivante quand elle s’assit pour entamer sa séance de veille matinale auprés de lui.
Pas en ce moment, non.
J’en doute. Chaque fois que tu sors pour te rendre å la salle de bains, je suis sür que des larbins t’accostent pour te faire signer des documents.
Non. Tout est entre les mains du directoire. Les affaires tourneront au ralenti jusqu’à une échéance incertaine.
Jusqu’à ma mort, résuma Batrin.
Jusqu’à ta mort. »

Batrin s’esclaffa. Faiblement, comme tout ce qu’il faisait désormais.
« Elle est, je le crains, tout ce qu’il y a de plus certain.
Tache de ne pas trop y penser, lui recommanda Cardenia.

Accès direct ici

4.88 (226 votes)
(4.85)
(4.57)
(4.72)

Partagez ce contenu, merci!

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *