Un bon jour pour mourir par Mark Edwards

Partager, merci !
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bon jour pour mourir par Mark Edwards. Voici le résumé, l’extrait ainsi que les votes et avis des lecteurs, sans oublier l’accès direct au livre.

Un bon jour pour mourir :

À force de chercher le bonheur, vous pourriez bien finir par le trouver… pour l’éternité.

Mark Edwards écrit des thrillers psychologiques. Ses modèles se nomment Stephen King, Ira Levin, Ruth Rendell, Ian McEwan, Val McDermid et Donna Tartt, ainsi que les films Rosemary’s BabyJF partagerait appartementLiaison fatale, et, en général, des récits où des gens ordinaires sont confrontés à des situations terrifiantes.

Ancien agent au service client d’une compagnie ferroviaire, enseignant d’anglais au Japon et directeur marketing, Mark Edwards se consacre maintenant entièrement à l’écriture. Un bon jour pour mourir est son sixième roman traduit en français après Parce qu’elle m’aimeSur tes pasL’Œuvre du Diable et deux livres co-écrits avec Louise Voss : Le Berceau de la peur et Les Bienheureuses.

Il habite dans les West Midlands, en Angleterre, avec sa femme, ses trois enfants et un chat.

Un bon jour pour mourir

Un bon jour pour mourir, le résumé :

C’était le plus beau jour de sa vie. Elle ne savait pas que ce serait aussi le dernier. Lorsque le corps d’une femme est découvert dans les ruines d’un ancien prieuré, l’inspectrice Imogen Evans comprend qu’elle a affaire à un tueur en série dont les victimes semblent mourir en pleine extase, les yeux ouverts, un grand sourire figé sur le visage.

De son côté, Ben Hofland, jeune père divorcé, est convaincu que sa chance est en train de tourner. Forcé de retourner vivre dans le petit village qui l’a vu grandir, il trouve enfin du travail et les collégiens qui tourmentaient son fils Ollie le laissent tout à coup tranquille. Pour la première fois depuis des mois, Ben commence à se sentir heureux. Il ne sait pas que quelqu’un veille sur Ollie et lui. Quelqu’un qui ne veut que son bonheur… et sa mort.

L’extrait :

Ils se débattent toujours, jusqu’au dernier moment, quand l’aiguille se glisse sous leur peau et que la chaleur envahit leur corps, chassant la douleur et les envoyant vers un monde meilleur.

Tandis que Fiona perdait conscience, je lui ai dit comme à tous les autres : « L’art de bien vivre et celui de bien mourir sont une seule et même chose. » Taime à penser que son dernier regard était chargé de compréhension — de gratitude, même.

L’extase que j’ai ressentie ensuite, dans les secondes qui ont suivi le dernier battement du cœur tout neuf de Fiona, était plus intense que n’importe quelle drogue. L’ivresse, la jouissance, une pulsation de plaisir profond.

J’ai caressé son visage aussi doucement et tendrement que son amant l’avait fait quelques heures plus tôt. Tai embrassé ses lèvres déjà froides.

Accès direct au livre :

Kindle

Broché

4.87 (92 votes)
(4.89)
(4.67)
(4.78)

Partager, merci !
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *