À l’ombre des patriarches de Pierre Pouchairet

Partager, merci !

À l’ombre des patriarches de Pierre Pouchairet. Découvrez l’histoire, les avis des lecteurs ainsi que quelques mots sur l’auteur avec l’accès direct au livre.

Pierre Pouchairet est né en 1957, il est français et à la retraite. Il vit actuellement à Jérusalem. Il a été commandant de la police nationale, chef d’un groupe luttant contre le trafic de stupéfiants à Nice, Grenoble ou Versailles…

Il a également représenté la police française au Liban et en Turquie, et a été attaché de sécurité intérieure en Afghanistan. Il a vécu plus de 4 ans à Kaboul en y travaillant en étroite collaboration avec les Afghans.

Son dernier roman La Filière afghane a reçu le Prix Interpol’Art 2015. Avec son style direct et percutant, Pierre Pouchairet dépeint, sans stigmatisation aucune, la réalité brute de notre Histoire contemporaine. Ce qui montre, si c’était encore à prouver, combien la fiction est un outil précieux pour la compréhension du réel. Authentique, réaliste et implacable !

Voici À l’ombre des patriarches, un polar percutant, écrit à l’encre d’une actualité brûlante.

À l'ombre des patriarches

L’histoire:

Alors que la région s’embrase à nouveau, que les affrontements intercommunautaires se multiplient et que les morts s’accumulent de part et d’autre, Dany et Guy, deux inspecteurs de la police judiciaire israélienne, enquêtent sur le meurtre d’une Européenne retrouvée assassinée en plein quartier arabe à Jérusalem-Est. Ils débutent leurs investigations sous haute tension d’autant que, pour les extrémistes, les coupables paraissent tout désignés et qu’une telle horreur appelle forcément vengeance…

Parallèlement, Maïssa, flic palestinienne, se retrouve chargée d’enquêter sur l’enlèvement d’une de ses amies en poste dans une organisation internationale… Les deux affaires vont se croiser, s’imbriquer et obliger les policiers à travailler ensemble dans un climat de suspicion généralisée, où rien n’est simple et où il ne faut surtout jamais se fier aux apparences.

L’extrait:

Kaboul, Afghanistan, mars 2012.

Il pleuvait sur Kaboul. Pour cette ville, éternellement balayée par une poussière fine malmenée par un vent sec, la pluie ressemblait à une aubaine, un don presque divin. Le fait de respirer un air lavé à grande eau était un plaisir rare dont nul ne se plaignait. Le jour se levait, il était tout juste 5 heures. Un groupe apparut à la porte de la mosquée Khan Abdul Rahman. Dans ce pays, peuplé de fervents religieux, la prière du matin attirait bon nombre de fidèles et marquait le point de départ des premières agitations urbaines. Quatre hommes focalisèrent sur eux l’attention de quelques regards curieux. Ils n’étaient pas d’ici.

Accès direct au livre

numérique

broché


Partager, merci !

Laissez votre commentaire, merci!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.